Les produits reflètent en fin de compte la réussite de ceux qui en sont à l’origine. Afin de maximiser la valeur des produits que vous vendez à vos clients, commencez par prendre conscience du potentiel de vos équipes et par créer une culture de l’engagement. 

Selon l’étude mondiale sur l’engagement réalisée par l’institut de recherche ADP en 2019, « 84 % des salariés se contentent de "venir travailler" au lieu de contribuer pleinement à la réussite de leur entreprise ». À l’inverse, le rapport d’US Gallup démontre que les « unités commerciales hautement engagées reçoivent des notes de la part des clients supérieures de 10 % et concluent 20 % de ventes supplémentaires » grâce aux expériences client positives qu’elles proposent. Le rapport établit également que les « unités commerciales hautement engagées connaissent une rotation du personnel inférieure de 59 % ». 

Bien qu’il soit tout à fait normal pour un employé de passer à autre chose si des perspectives de développement plus intéressantes l’attendent ailleurs, cette volonté intervient souvent bien avant que celui-ci ait contribué durablement à l’entreprise. Le problème d’une rotation trop fréquente, c’est qu’elle crée un cycle de fuite et de préservation des connaissances. Vos meilleurs employés vous quittent au moment où ils commencent à prendre vraiment leurs marques, et vous vous retrouvez pris dans un processus interminable en quête de nouveaux collaborateurs.

Comment une entreprise peut-elle favoriser un environnement stable à une époque où le changement est devenu la norme ? Tout commence par une direction efficace. 

Un travailleur est 12 fois plus susceptible de s’engager pleinement dans son entreprise s’il croit en son patron.

Institut de recherche ADP

Définissez une norme

Un chef d’équipe doit donner l’exemple. Vous devez fixer des objectifs ambitieux pour les membres de votre équipe, car, au bout du compte, votre but consiste à les encourager à devenir eux-mêmes chefs.  Comme le décrivent Liz Wiseman et Greg McKeown dans leur livre Multipliers: How the Best Leaders Make Everyone Smarter, les meilleurs chefs d’équipe, désignés comme des « multipliers » (multiplicateurs), optimisent le potentiel de leurs collaborateurs.

Ce concept est parfois mal compris et entraîne une confusion, car vous pensez qu’il implique une surcharge de travail ou des exigences irréalistes imposées à votre équipe pour qu’elle se surpasse et respecte les normes. Vous devez évidemment appliquer des normes élevées, mais, si vous voulez éviter une situation de burn out, vous devez vous concentrer davantage sur l’endurance et moins sur la vitesse. Par exemple, en tant que chef d’équipe, vous ne devez pas être la dernière personne à quitter le bureau, au risque de transmettre un message erroné, à savoir que la vie commence et se termine par le travail.

Pour définir des normes de qualité, vous devez fixer vos propres objectifs à un niveau convenable pour vous et consulter votre équipe pour que chaque membre puisse identifier ses propres objectifs. Ainsi, vous développerez une culture basée sur la responsabilité, dans laquelle chaque collaborateur sait que la personne la plus importante qui jugera de la qualité de son travail, ce n’est pas son responsable, mais lui-même. Comme le décrit le livre Multipliers, une direction s’avère efficace lorsque les « attentes du "multiplier" se transforment en une présence continue, responsabilisant ainsi les collaborateurs eux-mêmes et entre eux, souvent vis-à-vis de normes plus élevées et sans intervention directe du "multiplier" ».

Forgez votre caractère

Un chef d’équipe doit avoir un caractère fort. Ce principe paraît évident, mais il convient de le rappeler ici, car tout le monde ne parvient pas toujours à le forger ou à le conserver. Dans son livre Les Sept habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent, Stephen Covey recommande de commencer par mettre en place des réussites personnelles, ou internes, avant de chercher à influencer les autres. Dans votre travail vers une direction solide, vous devez faire preuve de patience, d’authenticité et de responsabilité. Forger son caractère demande du travail.

Comme le décrit Stephen Covey, « [si] j’ai un caractère fondamentalement mauvais, pétri d’hypocrisie, je peux effectivement déployer des stratégies d’influence ou d’autres tactiques pour obtenir de mon entourage qu’il fasse mes quatre volontés. Mais à long terme, ce comportement m’éloignera du succès. Mon hypocrisie engendrera la méfiance et toutes mes actions [...] seront perçues comme des manipulations. » Une fois que vous aurez fondé les bases de ce caractère, faites tout votre possible pour le préserver. La confiance que votre équipe place en vous dépend de l’intégrité permanente dont vous faites preuve.

La confiance est difficile à gagner, mais facile à perdre.

Jeff Bezos

Créez une culture basée sur la pensée positive

Aimez votre travail. Si vous n’êtes pas ravi à l’idée de venir travailler, comment vos employés pourraient l’être ? Souvenez-vous, vous devez être sincère. Faire semblant ne sera pas bénéfique pour votre équipe. Malheureusement, votre rêve de devenir astronaute est irréaliste. Retour sur Terre : vous devez accepter le fait que votre travail ne sera pas toujours parfait. Assurez-vous qu’il est en accord avec vos passions et vos objectifs professionnels. Vous avez compris ? Très bien, maintenant, à vous de développer cette culture basée sur la pensée positive au sein de votre entreprise. Elle ne se mettra pas en place toute seule. N’hésitez pas à raconter quelques blagues (adaptées au contexte professionnel). Célébrez les victoires et remontez le moral de votre équipe en cas d’échec. Soyez conscient que ces efforts connaîtront parfois des ratés, mais que c’est avant tout un travail d’équipe.

Acceptez les échecs  

Créez un environnement où les faux pas sont acceptés sans pour autant blesser l’ego des personnes responsables. Par exemple, évitez de critiquer les erreurs d’un employé devant ses collègues. Essayez d’apporter un retour constructif dans un cadre privé. 

Même si nous avons raison et que notre interlocuteur a tort, en lui faisant perdre la face, nous détruisons son ego.

Dale Carnegie

Assurez-vous que l’erreur fait partie intégrante du développement de cet employé et de votre entreprise. Dans sa lettre aux actionnaires de 2018, Jeff Bezos explique : « À mesure que l’entreprise grandit, tout doit évoluer, y compris la taille de vos échecs. Si leur taille ne grandit pas, vos inventions ne seront jamais suffisamment grandes pour avoir un impact significatif. Si Amazon en vient à devoir faire face à des échecs de plusieurs milliards de dollars, alors ils reflèteront l’envergure de notre entreprise. »

Soyez reconnaissant

Avez-vous déjà tenu la porte à quelqu’un sans que cette personne vous remercie pour cette délicate attention ? Même si ce bref échange ne doit pas retenir votre attention, un rappel ne fait pas de mal.

Combien de fois sollicitons-nous nos employés ? Prenons-nous le temps de les remercier pour leur travail, ou passons-nous tout simplement à la tâche suivante ? Bien qu’il existe de nombreuses façons de mettre en place des programmes de reconnaissance formelle, ces outils doivent généralement être réservés aux rares et grandes victoires. Pensez à recontacter régulièrement vos employés, en leur expliquant les points positifs dans leur travail.

Pour éviter de faire passer ce contact pour un échange superficiel, posez-leur des questions détaillées sur la nature de leur succès. « En posant des questions sur, et en écoutant intelligemment, l’histoire qui se cache derrière une réussite, vous reconnaissez que cette contribution est l’extension de son contributeur et vous l’aidez à comprendre qu’il, ainsi que son travail, compte vraiment pour l’entreprise. » (Harvard Business Review, Ron Carucci) Pensez à célébrer toutes les victoires, petites et grandes.

Pour se soucier réellement de leur réussite, les employés ont besoin de sentir que votre intérêt est réel aussi. Ils se soucieront du client, de l’équipe, de l’entreprise, et auront confiance en votre rôle de chef d’équipe. Avant qu’ils finissent par partir, assurez-vous que leur contribution reste positive pour les clients, l’entreprise et eux-mêmes.